PIERRE HERBELIN

1759-1820

Capture plein écran 22032013 224307

Dans les archives chinonaises de l'époque révolutionnaire, le nom de Pierre Herbelin est un de ceux qui figurent le plus souvent. En sa qualité de commissaire des guerres (situation équivalente à celle d'intendant), Herbelin a joué un rôle important à Chinon en 1793. Au moment des guerres de la Vendée, il a accompagné les bleus dans le Bocage et a été témoin de plusieurs combats.

Dans plusieurs séances de la Société populaire républicaine de Chinon, dont il était membre, il a donné lecture des lettres envoyées du front par Herbelin. Bref, à cette époque, c'était une personnalité à Chinon, aussi il nous a paru utile de publier ces quelques notes à son sujet.

Né à Saint-Bon, arrondissement d'Epernay (Marne), le 27 septembre 1759, ¤ Herbelin était fils de l'instituteur de Saint-Bon et de Jeanne Dorbois. Il se maria avec Gabrielle Bruneau, fille d'un notaire de Lerné. Il est décédé, âgé de 61 ans, le 4 décembre 1820, dans sa propriété du Plessis-Gerbault, commune de la Roche-Clermault.

Pour occuper les loisirs de sa retraite, il exerça la profession de géomètre. Il a travaillé à la confection du cadastre à Chinon et à Preuilly ; il a laissé de nombreux plans datés et signés.

Nous joignons à cet article le portrait d'Herbelin et un fac-similé de sa signature fioriturée. Le portrait original est conservé par une arrière petite nièce d'Herbelin qui a bien voulu nous autoriser à en prendre une photo ; ce dont nous la remercions beaucoup.

Herbelin est représenté avec son uniforme de Commissaire des guerres : habit bleu foncé avec collet garance et broderies argentées pour les insignes. La hauteur exagérée du collet dans tous ces vieux uniformes a donné lieu à ce propos malicieux : Il se pousse du col.

En terminant, nous tenons à rappeler que Pierre Herbelin, administrateur du district de Chinon en 1791, s'est particulièrement occupé du classement des archives du dit district.

Pour cet utile travail, la mémoire d'Herbelin mérite d'être louée et fidèlement conservée par les archéologues chinonais.

H.G.
Bulletin - Amis du vieux Chinon
1919