POITEVIN JEAN-FRANCOIS- ANICET

DEPUTE DU VAR EN 1791

Né à Barjols (Var), le 17 avril 1752, POITEVIN (Jean-François-Anicet) y remplissait les fonctions de notaire et d'avocat, lorsque, en 1789, il fut envoyé par ses compatriotes à l'assemblée de la sénéchaussée, convoquée à Brignoles, à l'effet de nommer les députés aux Etats Généraux.

En 1790, il fut un des six commissaires chargés de la division de la Provence en trois départements, et, le 13 décembre de la même année, il fut nommé avec Thomas Philibert, par l'assemblée administrative, commissaire-liquidateur des affaires communes des départements des Bouches-du-Rhône, Basses-Alpes et Var, nouvellement créés.

Il fut élu le 15 septembre 1791, député du Var l'Assemblée législative.

Mis en arrestation comme contre-révolutionnaire "et traduit" au fort Saint-Jean à Marseille le 17 septembre 1793 par arrêté des représentants du peuple Robespierre jeune, Paul Barras, Ricard, Roubaud et Fréron, députés par la Convention Nationale près l'armée d'Italie, il fut élargi au 9 thermidor et "définitivement mis en liberté" le 29 brumaire an III (19 novembre 1794) par les représentants du peuple envoyés dans les départements du Bouches-du-Rhône, du Var et de l'Ardèche.

Nommé maire de Barjols, en l'an V, par le représentant Durand de Maillane, il devint juge au tribunal criminel du département du Var séant à Grasse le 15 floréal an V (4 mai 1797), ¤ accusateur public provisoire et président d'une des deux sections près le même tribunal le 19 messidor suivant (17 juillet) ; mais il fut destitué pour cause de royalisme au 18 fructidor (4 septembre 1797).

Il fut élu membre du conseil d'arrondissement de Brignoles en l'an VIII (1800-1801), puis membre du conseil général du Var le 15 floréal an X (5 mai 1802), et remplit ce mandat jusqu'en 1816.

De 1807 à 1811, il fut premier adjoint au maire de Barjols.

Nommé conseiller à la Cour d'Appel d'Aix le 19 décembre 1811, il présida plusieurs fois les cours d'assises jusqu'en 1724, et, lors des Cent-Jours, en qualité de membre de la Cour, il émit un vote négatif, sur les registres du greffe, à l'acte additionnel de Napoléon Ier.

Il avait été autorisé le 25 juillet 1814, à porter la décoration de l'ordre du Lys.

Il mourut à Barjols, le 19 janvier 1840 étant chevalier de la Légion d'Honneur et à la retraite depuis 1830.

En 1804, il avait publié : Mémoire sur les remboursements faits par anticipation en papier monnaie depuis le 31 mai 1793 jusqu'au 25 messidor an III.

CLEMENT AUZIVIZIER
Annales de la Société d'études provençales
1904