Capture plein écran 11032013 200453

 

 

Ancien élève du Petit-Séminaire d'Angers, Louis-Dominique-Grégoire Ussault (ou Usseault) est né à Pouzauges le 16 novembre 1767, d'un père aubergiste, Jean Usseault, et de Charlotte Le Gay. Il est décédé en sa terre de Dinchin, à l'âge de 80 ans, le 10 octobre 1847.

Capture plein écran 11032013 181820

 

Au mois de mars 1793, Louis Ussault détermina Pouzauges et plusieurs communes environnantes à prendre les armes, il marcha à leur tête et prit une grande part à cette première action de la Vendée, où M. de Royrand, alors sans fusils, sans munitions, battit, près Chantonnay, le général Marcé qui commandait Cinq mille hommes ; jeta, par cette défaite, l'épouvante jusqu'à la Rochelle et Niort dont les portes furent fermées, et annonça à la France qu'un grand foyer d'insurrection était allumé dans la Vendée. Il s'attacha à M. de Royrand, à l'armée duquel il réunit ses communes ; fit toujours partie de son état-major auquel, par son activité, par son industrie, son zèle franc et désintéressé et sa bravoure personnelle, il rendit les plus importants services. L'histoire de cette portion de l'armée ne pourrait être décrite sans retrouver à chaque instant les traces qu'a laissées un caractère qui ne trouvait jamais rien d'impossible, et qui n'est resté inactif que quand il n'y a rien eu à faire. C'est ainsi qu'il a traversé toute la révolution, toujours prêt à vouer son repos, son existence, à la cause du Roi. La Commission lui a reconnu le grade de chef de bataillon. Le roi a accordé des lettres de noblesse, sans pension.

Louis XVIII lui donna le brevet de lieutenant-colonel, le fit chevalier de Saint-Louis et l'anoblit en lui donnant pour armes : De gueules, a la croix de sable, accostée d'une faulx et d'une fourche de même, en chef, et abaissée d'une fleur de lys d'or.


Son frère avait également pris une part active à l'insurrection.

Un des récits de M. Usseault :
"Le 25 juillet (1793), nous fûmes attaqués au pont de Saint-Philbert par l'armée de Luçon. C'est là que Sapinaud la Verie fut tué avec Jouffrien de Basoges et 20 soldats ; j'y perdis mon cheval et fus blessé. Trois heures après l'affaire, je me transportai sur le lieu du combat près de la Fenestre et des Gaubardières et fis enlever 22 cadavres qui furent déposés dans le cimetière de Chantonnay."


(Papiers Chantreau)
Souvenirs Vendéens
de Amédée de Béjarry

Etat de demande de Croix de l'Ordre Royal et Militaire de St Louis
pour MM. les Officiers Généraux et Supérieurs des Armées Catholique et Royales de la Vendée

M. le Lieutenant Colonel Usseault
M. Ussault a servi avec fidélité le parti en 1793, à l'Armée d'Anjou dans l'Armée du Centre en 1794, 1795 et 1796 ; a été blessé à divers combats.

Paris le 25 juin 1814
DE SAPINAUD

(Archives départementales de la Vendée)

Capture plein écran 12032013 125743

 

 

La tombe de Louis-Dominique-Grégoire USSAULT se trouve dans le cimetière de Saint-Mars-des-Prés.

P1190519

P1190518