OPÉRATIONS DES ARMÉES RÉPUBLICAINES
AU PAYS DE RETZ EN 1793

Lettre du citoyen LE SANT au citoyen DANET, son ami

Il est une période de notre histoire nationale, qui bien que peu éloignée de nous encore, a le don de passionner tout le monde et de forcer l'attention des esprits les moins enclins à l'étude du passé. Nous avons nommé l'Époque révolutionnaire, cette période de quelque dix ans qui, à la fin du siècle dernier, a vu bouleverser le monde et de nos jours encore étonne les esprits les plus sceptiques par ses prodigieux résultats. Rien de ce qui touche à cette époque ne saurait être indifférent, et le moindre détail inédit qui s'y rapporte est une bonne fortune pour le chercheur ou l'historien. Voilà pourquoi, ayant été récemment du nombre de ces heureux, en trouvant dans un vieux dossier de papiers de famille une lettre inédite du citoyen Le Sant, adressée par lui le 17 septembre 1793 à son ami le citoyen Danet, de Vannes, pour lui donner des détails sur les opérations de l'armée républicaine aux environs de Nantes en septembre 1793, nous avons cru bon de mettre en lumière cette curieuse pièce historique.

Tout d'abord, qu'était le citoyen LE SANT ? Qu'était le citoyen DANET ? Du premier nous ne savons pas grand'chose et son rôle fut fort effacé. Il n'était pas Nantais. Né à Séné près de Vannes, il était venu à Nantes vers 1791, attiré sans doute comme beaucoup d'autres par les évènements révolutionnaires. Nous savons seulement, que, marié au diocèse de Vannes à Marie-Scholastique DEFRUIT, il en eut, entre autres enfants, un fils : Charles-Nicolas LE SANT, né à Vannes le 20 septembre 1788, administrateur des prisons de cette ville et marié, le 21 mai 1817, à demoiselle Jeanne-Marie-Adélaïde JOUSSET, dont il eut postérité, qui, croyons-nous subsiste encore.

Sur le citoyen DANET, nous sommes un peu mieux renseigné.

DANET, Jean-Joseph (dit Aîné), fils de Gabriel et de Marguerite DUVAU, négociant à Vannes, sur le port, baptisé à Saint-Patern, le 12 janvier 1751, épousa Marie-Joseph-Renotte DRÉANO (Saint-Patern), le 26 avril 1772. Avant 1790, il était négociant à Calmont-bas. - Membre du Directoire du département (octobre 1791), réinstallé le 4 décembre 1792, en fonctions jusqu'à son arrestation par Prieur, il fut signataire du Mémoire justificatif.
Nommé membre de l'administration du Département, le 1er janvier 1795, par arrêté des représentants Guerno et Guermeur, il resta en fonctions jusqu'en 1796 ?
Elu membre de l'administration centrale les 16, 20 octobre 1795, il en devint Président.
En octobre 1798, il est élu membre du conseil des Cinq-Cents.
Le 14 mai 1792, il acquit pour 8000 l. la métairie du Grand Conteau, dépendant des Carmes déchaussés de Vannes.
En 1816, ex-receveur-général, membre du Collège électoral du département, il est souverain, prince, Rose-croix du souverain chapitre de Vannes. Puis nous le perdons complètement de vue, le peu de temps dont nous avons pu disposer depuis l'origine de ce travail ne nous ayant pas permis de retrouver encore la date de sa mort.

Voilà tout ce que nous avons pu savoir sur les deux correspondants qui vont tout à l'heure entrer en scène.

Un autre DANET, parent du précédent, joua aussi son petit rôle durant la Révolution :
DANET, Jean-François-Marie (Jeune), neveu de Jean-Joseph. Il est, en 1816 et 1820 chevalier d'Orient et maître des cérémonies de la loge de Vannes.
Ex-receveur-général de Vannes, il acquit, le 6 août 1811, l'hôtel de Limur, et le 31 décembre 1814, des Salines en Séné.
Dès le 23 mai 1814, il devint propriétaire de plusieurs métairies et tenues en Theix, à lui parvenues du testament sous seing-privé de son oncle Julien-Pierre DANET.
Le 10 septembre 1816, la Cour des comptes le déclare en débet de 15.093 fr. 41 pour l'exercice 1811, et, le 12 décembre 1816, elle le déclare en débet de 111.790 fr. 31 pour l'an 1812.
Le 24 juin 1817, le ministre des finances le déclare débiteur envers le Trésor de 1.263.553 fr. 52, dans son compte avec le Trésor, ainsi, il doit alors 1.390.437 fr. 14, sans compter les intérêts.
Tous ses immeubles saisis furent vendus au tribunal de Vannes, le 15 février 1820, pour 97.945 fr.

Or, quelle était la situation des armées républicaines aux environs de Nantes en septembre 1793, à l'époque où ces deux amis échangeaient entre eux une longue correspondance à ce sujet, et y attachaient un intérêt marqué ? Il est nécessaire ici de l'exposer en quelques mots ; en voici un rapide aperçu, d'après les Mémoires de l'adjudant général Savary.


Le 29 juin 1793, après la terrible attaque de Nantes par les Vendéens, ceux-ci repoussés, mais non vaincus, n'avaient point renoncé à la lutte. Dans toute la Basse-Vendée, de Luçon aux bords de la Loire, de nombreuses bandes s'étaient réunies de nouveau sous les ordres de Charette, la Cathelinière, Lyrot de la Patouillère, de Couëtus, de Suzannet, etc. et menaçaient à chaque instant de prononcer sur Nantes une nouvelle attaque. Devant cette résistance et ces soulèvements continuels, la Convention, d'autant plus exaspérée qu'elle avait déjà failli perdre Nantes, qu'elle ne s'attendait pas quelques mois auparavant à voir attaquée si tôt, résolut d'en finir et de frapper un grand coup, sur la proposition de Grouchy, chef d'état-major de l'Armée des Côtes de Brest, elle décida de joindre à cette armée la fameuse garnison de Mayence, fort redoutée des Vendéens, afin de leur couper toute communication avec la mer ; 3500 hommes se réuniraient aux Mayençais, on marcherait sur Port-Saint-Père, Machecoul, Legé ; puis, après avoir opéré la jonction de cette armée avec la division des Sables, on pénètrerait ensuite dans le coeur des pays insurgés, en désarmant successivement toutes les campagnes. Niort et Poitiers devaient préalablement être mis en état de siège. Le général Canclaux, assisté de Beysser et de Grouchy, fut chargé d'exécuter ce plan.

Il commença, à la fin d'août, par établir un camp au village des Naudières près Nantes, à l'embranchement des routes de Montaigu et de Saint-Philbert, pendant que son avant-garde était aux Sorinières ; puis, le 8 septembre 1793, il donna l'ordre suivant :

"La colonne de droite aux ordres du général Beysser, partira le 9 septembre du camp des Naudières et de la Balinière, pour aller camper vis-à-vis de la Hibaudière en balayant la rive gauche de la Loire ...
Le 10, elle ira à Veüe.
L'avant-garde de Mayence se portera à Saint-Léger pour masquer Port-Saint-Père, jusqu'à ce qu'il soit pris.
Le 11, le bataillon de Lot-et-Garonne marchera sur Saint-Père en Retz, pour s'y réunir au 2e bataillon du 109e et à celui de la Charente qui forment la demi-brigade, à l'effet d'aller ensemble occuper Pornic. Cette demi-brigade ira le 12 à Bourgneuf et le 13, elle rejoindra à Machecoul le reste de la Colonne.
Le même jour (11), la colonne du général Beysser, après avoir balayé la forêt de Princé, se portera devant Port-Saint-Père, pour l'enlever le même jour s'il est possible.
Le 12, Beysser se rendra à Machecoul.
Le 13 à Paulx sur le chemin de Legé. Il portera une colonne à Challans.
Le 14, la colonne de Challans se portera sur la route de Palluau à Legé pour l'attaquer de ce côté, tandis que la colonne de Beysser s'y portera de Paulx, et l'avant-garde de l'armée de Mayence par la route de Nantes.
L'attaque de Legé pourra avoir lieu à neuf heures du matin. Elle sera annoncée par quatre coups de canon tirés de la colonne du général Beysser et deux par deux avec un léger intervalle.
Le 15, il se portera sur Montaigu.
Le 16, devant Mortagne.
Fait et arrêté par nous, général en chef de l'armée des côtes de Brest. - A Nantes, le 8 septembre 1793.
Signé : CANCLAUX

Beysser partit aussitôt du camp des Naudières, où il fut remplacé par l'avant-garde et le corps d'armée des Mayençais. Il évrivait le 9 du château d'O.

"Vous nous avez mis en route, mon général, sous d'heureux auspices ; notre marche s'est continuée assez tranquillement jusqu'au Moulin Cassé où quelques rebelles, qui semblaient nous attendre, ont été mis en fuite par nos éclaireurs. A quelque distance de là, nous avons aperçu sur notre droite une centaine de cavaliers vendéens : quelques coups de canon les ont fait disparaître et nous sommes arrivés dans le meilleur ordre possible.
Pour retarder notre marche et assurer leur retraite, les rebelles ont mis le feu aux bois qui bordent la route ; sans ce léger incident nous aurions pu parvenir jusqu'au Pellerin. Demain nous serons en marche à 5 heures du matin."

Le 10, Kléber, selon l'ordre du général en chef, partit du camp à la tête de l'avant-garde mayençaises pour aller prendre position à Saint-Léger, afin de seconder l'attaque que Beysser devait faire le lendemain sur Port-Saint-Père, village situé sur la rivière du Tenu. Il était accompagné du représentant Merlin, de Thionville, et des généraux Canclaux et Grouchy.

La marche, dit Kléber, s'est faite dans le meilleur ordre ; elle a été surtout bien éclairée ; car le pays est tellement coupé de haies, de bois, de ravins, de ruisseaux qu'il est impossible de voir devant soi à une grande distance. Arrivés à une demi-lieue de Saint-Léger, on entendit quelques coups de pistolets ; c'étaient nos éclaireurs qui avaient vu les vedettes ennemies.
Marigny reçoit l'ordre de charger cette petite garde avec sa première compagnie de chasseurs à cheval ; le poste ennemi, fort seulement de quarante méchans cavaliers, prend la fuite ; Marigny le poursuit jusqu'à la rivière du Tenu.
L'ennemi était en bataille sur la rive opposée et faisait mine de vouloir résister ; il tire quelques coups de canon. Merlin arrive à la tête de l'artillerie-volante : un obusier et une pièce de huit sont mis en batterie ; Merlin pointe lui-même plusieurs coups ; le feu prend bientôt à des meules de paille et s'étend à quelques maisons des environs. Une partie des ennemis prend la fuite, les plus braves s'obstinent à se défendre.
Dans ce moment Targes, chef de la Légion des Francs, demande la permission de se jeter à la nage avec quelques-uns des siens pour aller chercher des bacs sur la rive opposée afin de faire passer la rivière à son bataillon. Canclaux y consent. Targes et quelques chasseurs de sa Légion mettent aussitôt habit bas, se jettent à l'eau, passent à l'autre bord et malgré le feu de la mousqueterie, ramènent les deux bacs sur notre rive. On s'embarque, l'ennemi fuit, abandonnant le poste avec sept pièces de canon et des drapeaux où les marques du Royalisme étaient réunies à tout ce que la superstition a de plus ridicule."

Canclaux et Grouchy se disposèrent alors à retourner à Nantes. Mais Kléber, craignant d'exciter la jalousie de Beysser, qui n'avait pu prendre part à l'action, pria le général en chef de le prévenir que ce n'était que par une circonstance fortuite qu'il s'était rendu maître de ce poste. En conséquence, le général Canclaux écrivit immédiatement à Beysser :

"Mon cher Général,
Je vous en demande pardon, mais l'occasion a été si belle. Je n'ai pu m'y refuser.
A l'approche de Saint-Léger, la cavalerie des rebelles a paru, nos chasseurs à cheval l'ont chargée ; j'ai vu l'instant où ils entraient avec les fuyards dans Port-Saint-Père ; mais leur commandant Marigny, soumis à l'ordre, et le général Kléber les ont arrêtés. On m'a seulement demandé la permission de leur faire connaître les obus. La seconde est tombée dans un tas de paille, le feu y a pris et s'est communiqué aux maisons voisines.
Le commandant des chasseurs est venu dire que l'ennemi fuyait de toutes parts ; qu'il y avait là deux barques ; qu'il allait en avoir une en se jetant à la nage et passer. Le général Kléber le lui refusait afin de ne pas aller plus vite que l'ordre. J'ai cru pouvoir le donner et nous sommes entrés tout de go.
On dit que la Cathelinière a la cuisse cassée.
Il n'y avait que deux cents hommes à cette attaque. Ce sont des chasseurs et des lions.
Le général Kléber restera aujourd'hui ou pour mieux dire cette nuit au Port-Saint-Père et à Saint-Léger et sans doute je l'y laisserai demain.
Quant à vous, mon cher, il vous faut partir demain et vous en aller droit sur Machecoul, peut-être seulement à Bourgneuf si vous êtes trop loin de Machecoul pour arriver dessus et l'attaquer le même jour. D'ailleurs la brigade du 109e qui aura passé par Pornic, vous aura rejoint alors.
Votre attaque de Machecoul peut se faire avec des obus qui épouvanteront l'ennemi. Faites-moi réponse sur le champ et dites-moi votre marche ; car si vous allez à Machecoul dès demain, je porterai l'avant-garde à Saint-Philibert ; mais par rapport à l'armée j'aime mieux que ce ne soit qu'après demain.
Adieu, bonne nuit, voilà qui va bien. Je retourne à Nantes. Donnez avis de votre marche à Kléber.
Signé : CANCLAUX."

Le général Kléber s'établit dans une ferme, où il passa la journée du 11. Quelques vieilles femmes lui apprirent que le rassemblement des Vendéens pouvait être de huit mille hommes et que la Cathelinière avait été grièvement blessé d'un éclat d'obus. D'après la correspondance trouvée dans le logement de ce chef, on pouvait croire qu'il savait qu'on devait l'attaquer ; mais, comptant sur la force de son poste, il était resté dans la plus grande sécurité.
D'après le rapport écrit le 12 par le général Beysser, il n'avait rencontré aucun obstacle dans sa marche ; il avait avec lui le représentant Cavaignac, auquel se joignit son collègue Turreau ; Beysser y annonçait que les villages du Pellerin et de Rouans, points principaux de réunion de Rebelles, avaient été inondées ; mais que les maisons et autres propriétés des patriotes avaient été garanties du pillage par une proclamation très énergique du représentant Cavaignac.
Le 12 septembre, Kléber, après avoir remis le poste de Port-Saint-Père au chef de Bataillon Laronde, chargé de garder avec 800 hommes la colonne de droite, se dirigea sur Saint-Mars-de-Coutais, où il devait trouver un bac pour passer le Tenu et de là se rendre à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu. Le 14, il se porta sur Legé, pendant que Beysser, qui était entré à Machecoul sans résistance, et Aubert-Dubayet s'y portaient, le premier par Paulx, le second par la gauche de Legé. Dès le 14 au soir, avant l'arrivée de Beysser, Kléber entrait dans Legé sans avoir rencontré de résistance, les Vendéens venant de l'évacuer. Le 16, Montaigu est pris et, le 17, après être entré à Clisson, sans coup férir, les généraux Kléber, Grouchy, Beysser et Aubert-Dubayet revenaient prononcer leur attaque sur Vertou.

Telle était la situation générale au moment où le citoyen LE SANT écrivait à Vannes à son ami DANET. Voyons maintenant le contenu de sa Missive !

Nantes, le 17 septembre 1793, l'an 2e de la République
Citoyen et ami,
Je me persuade que vous et les citoyens de Vannes attendez des nouvelles, de l'armée de la République campée aux Sorinières, près Nantes. Voici les mouvements depuis huit jours et les différentes divisions qu'elle forme. Sa force était d'environ 15.000 hommes. 5 à 6.000 hommes sous les ordres du général Grouchy, sont restés au camp des Sorinières et par de fréquentes attaques sur la paroisse de Vertou, inquiettent et font rester en stagnation un corps de 7 à 8000 brigands, au bivouac depuis longtemps au poste de la Noué, paroisse de Vertou, sur la rive droite de la Sèvre à une lieue et demie de Nantes sur la route de Clisson et favorisent, par leurs fausses et multipliées attaques, les mouvements de l'armée sur trois colonnes. Celle de droite, commandée par le général Beysser, forte d'environ 3000 hommes s'est portée sur le Pellerin, Paimboeuf, Pornic, Bourgneuf et Machecoul. Beysser n'a trouvé aucune résistance et a brûlé beaucoup de maisons, pris du bétail ; il a détruit une centaine de brigands épars sur la route et pris des bestiaux. Je laisse ici Beysser.
La 2e colonne forte d'environ 3000 hommes sous les ordres du général de brigade Kelber (Kléber), s'est portée sur le Port-Saint-Père où étaient au moins 4000 brigands et 7 pièces d'artillerie. L'avant-garde de cette colonne de 200 chasseurs a traversé partie à gué, partie à la nage et en bateaux le canal du Port-Saint-Père, secondée du feu d'un obusier, arme nouvelle pour les séditieux, a tué 40 brigands et dissipé le reste et seule s'est emparée du Port-Saint-Père, n'ayant eu que deux hommes blessés légèrement. Le Port-Saint-Père a été entièrement brûlé, à l'exception de sept ou huit maisons. Une maison servant d'hôpital aux brigands qui avait beaucoup de malades, A ETE BRULEE AVEC LES MALADES. L'ordre est de ne point faire de prisonniers, et s'exécute strictement, il y a deux représentants du peuple à chaque division, qui font observer la loi. Cette attaque par l'Avant-garde a eu lieu à huit heures du soir. Le lendemain Kelber (Kléber), s'est porté sur Saint-Mars. Son avant-garde a encore trouvé au passage dudit Saint-Mars quelques brigands, les a dissipés et a passé ce passage sans résistance. Ensuite cette colonne s'est rendue maître de Saint-Philbert en fusillant quelques brigands épars et brûlant des maisons. Il a été pris sept pièces d'artillerie au Port-Saint-Père et beaucoup de grain et de fourrages.
Sa colonne de gauche, forte de 3 à 4000 hommes sous les ordres du général de brigade Aubert du Bayet, a dirigé sa marche en tournant au Sud du lac de Grand lieu pour se porter sur Léger (Legé), poste central des Brigands. En même temps les colonnes Beysser et Kelber (Kléber), et le général Canclaux suivaient cette colonne qui a arrivé à Saint-Etienne-de-Corcoué, deux lieues de Saint-Philbert, quatre lieues de Machecoul et deux lieues de Legé, (je dis son avant-garde), a rencontré un corps nombreux de brigands que cette avant-garde a attaqué et dissipé ; a présumer perte de 200 brigands et quelques blessés seulement de la part des patriotes. Les trois colonnes se sont portés ensemble sur Leger (Legé), où tous les brigands fuyaient, s'y étant retirés ; l'on les portait au-delà de 25000 hommes, mais par des routes différentes et une marche combinées. Les brigands promettaient et on s'attendait à une vigoureuse défense, mais Leger (Legé) fut abandonné à la première vue de nos troupes. On y a trouvé 15 pièces d'artillerie, un plus grand nombre de caissons, quantité immense de grains, bestiaux, volailles, enfin toute espèce d'approvisionnements. L'armée s'est portée en masse sur Montaigu qui a été également abandonné. Beysser fut détaché de Leger (Legé) avec sa colonne, pour se porter sur Palluau dans la Vendée pour seconder l'attaque de cette ville par le corps de 5 à 6000 hommes des Sables sous les ordres de XX (sic). Mais Beysser trouva la besogne faite. Ce corps avait attaqué et détruit 2000 brigands. Toutes ces forces sont réunies à Montaigu et hier un corps de troupe de Montaigu s'est porté sur Vertou et a attaqué ledit Vertou d'un côté, tandis que Grouchy ne s'amusant plus aux fausses attaques à tirailler, a passé la Rivière. Le fameux camp de la Noué est éclipsé. Dans le moment que j'écris le bourg et la paroisse de Vertou est en feu. On vient d'annoncer que les brigands ont abandonné Clisson à deux lieues de Montaigu. Aussitôt la prise de cette dernière ville, l'armée de Saumur est en mouvement, suivant la rive gauche de la Loire pour se réunir à l'armée de Nantes. On vient d'apprendre que ladite armée de Saumur a attaqué les brigands à Doué, petite ville de l'Anjou, sur la rive gauche de la Loire. Les brigands y étaient en force puisqu'on assure qu'ils y ont perdu 8000 hommes. Je crois ce nombre exagéré, mais ce qui est certain, c'est que les brigands y ont été complètement défaits. Cette armée de Saumur joindra sous peu l'armée de Canclaux qui va à sa rencontre et ces armées ne sont actuellement éloignées que de 10 lieues l'une de l'autre. Les villes de Cholet et de Saint-Fulgent sont occupées par des brigands, sur la route des deux armées pour faire leur réunion, mais ne résisteront pas plus que les autres postes des scélérats qui fuient continuellement. Si on en a fait un massacre à Palluau et Doué, c'est qu'ils ont été surpris par des marches forcées. Le général Canclaux ne laissa point de garnison, mais il établit des redoutes bien palissadées dans les postes principaux pour conserver sa communication. Toute la Loire est libre depuis Nantes à Paimboeuf et à la réunion de l'armée de Canclaux à celle de Saumur toute la Loire sera navigable sans inquiétude. Le plan de Canclaux n'est plus équivoque ; après avoir nettoyé les rives de la Loire et les départements de la Loire-Inférieure et de Mayenne et Loire (Maine-et-Loire), il se portera avec au moins 2500 hommes sur les départements de la Vendée et des Deux-Sèvres, tandis qu'une armée de 15000 hommes attaquera du côté du département de la Vienne et le général Rossignol avec 1500 pousse les brigands venant du côté de la Rochelle. Je crois que tous ces brigands seront dissipés avant la fin du mois, mais ne seront pas réduits. Le paysan se rend de toutes parts et abandonne les armées des rebelles. Leurs réponses aux interrogatoires est qu'ils ont fui à l'approche de nos troupes par la crainte d'en être tués, étant pris pour des brigands et qu'ils n'ont jamais pris les armes contre la République : Il faut les croire faute de preuves ; en outre IL NE FAUT PAS TOUT TUER. Je vous réitère que les flammes détruisent les superbes contrées, qui couvertes de cendres annoncent l'irruption voisine de quelque volcan. Je part demain pour l'isle d'Indret, je ne vous écrirai pas de huit jours. Je suis avec amitié.
LE SANT

On voit d'après les termes mêmes de cette lettre, que le citoyen LE SANT, qui avait dû suivre sans doute les opérations, était fort bien renseigné. Il nous donne sur le plan de Canclaux de fort curieux renseignements. Mais ce qu'il est intéressant de constater, et que ce document nous révèle : c'est l'impuissance des généraux républicains à empêcher les scènes de sauvagerie commise par leurs troupes. On y voit notamment que ce ne fut point les obus, tombant sur les meules de paille, comme le dit Kléber, mal renseigné sans doute et n'ayant vu que ce résultat local produit par son attaque, qui déterminèrent l'incendie du bourg de Port-Saint-Père, mais bien la main criminelle de gens ivres de carnage, qui n'hésitèrent pas même à y brûler un hôpital avec les malades qui étaient dedans. Par ailleurs, cet aveu de LE SANT, disant en parlant des paysans saisis, arrêtés ou trouvés un peu partout et même de ceux qui se rendaient : "Il faut bien les croire faute de preuves et en outre il ne faut pas tout tuer", montre assez quels étaient les sentiments de certains hommes de cette époque néfaste et constitue, avec l'ensemble des détails de sa lettre, une nouvelle preuve des malheurs et des cruautés inouïes dont fut victime ce malheureux pays.

MARQUIS DE L'ESTOURBEILLON
Bulletin de la Société archéologique de Nantes
et du département de la Loire-Inférieure - 1895