19 septembre 2012

LES EPOUX SERGENT-MARCEAU A NICE

    Mon excellent et regretté ami, M. Belleudy, avait, depuis des années, l'intention de publier un ouvrage sur Sergent-Marceau, graveur et membre de la Convention nationale, et sur sa femme Émira Desgravier, soeur du glorieux général Marceau. A cet effet, M. Belleudy avait réuni de nombreux documents et notes le concernant, mais d'autres occupations l'empêchèrent de réaliser son projet. Depuis son décès, Mmes Belleudy, Kent-Gazet et Mlle Belleudy, ses filles, ont bien voulu faire don au Musée Masséna de nombreux... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 23:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2012

VISITE D'UN CHARTRAIN, en 1835, A LA TOMBE D'ÉMIRA SERGENT-MARCEAU

      L'auteur de la lettre que nous reproduisons ici et qui parut dans le Glaneur de Chartres du 31 décembre 1835 ne s'est point nommé. Ce n'était pas, on s'en rend aisément compte, un journaliste ou un écrivain de profession. Sa culture artistique paraît assez superficielle ; il traversa la ville sans soupçonner les trésors artistiques que possédaient ses églises, trésors qu'une exposition récente a réunis pour la plus grande joie des amateurs. Il est vrai de dire que personne ne les lui avait signalés ; car... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

François-Séverin Desgraviers Marceau

  "J'ai peint Marceau dans ce qu'on appelle le bel âge, à peu près un an avant sa mort ... Lorsqu'il commença à se faire connaître, Marceau n'avait presque plus rien de l'adolescent que ses concitoyens avaient vu partir avec sa physionomie de jeune fille, ses cheveux rouges, sa peau fine et blanche, particulière aux personnes de cette couleur. A vingt-deux ans, c'était, au physique comme au moral, une toute autre créature, un grand jeune homme bien proportionné et d'une belle prestance ; ses cheveux avaient pris le ton bleu... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 1ère partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT   Antoine-François Sergent naquit à Chartres le 9 Octobre 1751. Il était le fils unique d'Antoine Sergent et de Catherine-Madeleine Frémy. Cette origine ne lui promettait que d'obscures et laborieuses destinées, car son père, issu d'une famille d'artisans, exerçait la profession d'arquebusier, peu lucrative à cette époque, surtout en province. - Sergent perdit sa mère avant d'avoir pu la connaître. Sa jeunesse et son éducation n'en souffrirent pourtant pas : il fut mis promptement au collège, et... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 2ème partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT La patriotique énergie et le courage civil dont Sergent fit preuve dès les premiers jours de la Révolution ; sa parole sonore, chaleureuse, abondante, sinon toujours correcte, lui méritèrent, après le 14 juillet, d'être porté au nombre des électeurs du district Mauconseil, qu'il habitait depuis son arrivée à Paris. Il fut en même temps nommé président de ce district. Un peu plus tard, il y remplit les fonctions - alors confondues et gratuites - de juge de paix et de commissaire de police ; car il ne... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 3ème partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT Il était quatre heures du soir. Six voitures escortées par des gendarmes et des gardes nationaux fédérés traversaient la rue Dauphine. Elles menaient à l'Abbaye des prêtres arrêtés à la barrière, fuyant sans passe-ports. C'était un dimanche ; aussi une populace nombreuse suivait et entourait les voitures. On dit - je ne puis affirmer le fait - que ces prisonniers imprudents commencèrent par invectiver le peuple. Qu'ils eussent ou non fourni ce prétexte aux égorgeurs, ils n'entrèrent pas à l'Abbaye : on les... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 4ème partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT Je vais transcrire encore quelques passages de ses mémoires. "... A trois heures du matin, je revins au comité, qui était toujours en séance. A peine avait-on des rapports officiels de ce qui se passait. Nos agents de police, envoyés les uns après les autres, et successivement retenus par le peuple, n'avaient plus reparu ; les relations nécessaires avec l'assemblée de la Commune étaient interrompues ; partout il y avait confusion, anxiété ... Vatrin, le respectable concierge du Châtelet, vint nous dire : "-... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 5ème partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ "Sergent-Agate" Énumérer tous les actes politiques auxquels il s'associa ou dont il prit l'initiative comme membre de la Convention nationale, ce serait écrire l'histoire même de cette immortelle assemblée, depuis son ouverture jusqu'à la dispersion des derniers débris de la Montagne. Je rappellerai seulement les plus importants de ces actes ou ceux que mon sujet m'oblige à faire connaître. - La troisième législature révolutionnaire s'inaugura, comme on sait, le 21 septembre, et proclama immédiatement... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 6ème partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT  ou Androphile Sergent Bien moins préoccupé du soin de se défendre qu'attentif à servir la chose publique, et doué, d'ailleurs, de ce stoïcisme que donne une foi robuste, Sergent ne répondait que par des actes aux attaques dirigées contre lui. Dès le mois d'octobre, il avait été, ainsi qu'on l'a vu, adjoint à la commission conservatrice des monuments des arts ; et certes, on en conviendra, c'est surtout de cette commission qu'il eût dû être éloigné, si le moindre doute fût resté dans les esprits sur... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT ♣ 7ème partie

ANTOINE-FRANCOIS SERGENT et Émira     La première fois qu'il reprit la parole, ce fut pour proposer un amendement à la loi qui instituait les Écoles normales. Un article du projet en discussion fixait à quatre mois la durée des études ; c'était un terme évidemment trop court, et Sergent fit à ce sujet les observations suivantes : "Si les hommes que le comité a désignés in petto pour professer dans ces écoles ne sont pas des charlatans ou des insensés, ils ne pourront jamais, en quatre mois, atteindre le but de... [Lire la suite]
Posté par Shenandoah Davis à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]