acte naissance François-René Avril

[Fils de Joseph Avril, cavalier de la maréchaussée à Cholet, et de Marie Brosseau, FRANÇOIS-RENÉ AVRIL est né à Cholet, paroisse Notre-Dame, le 3 octobre 1753.]

La Tessoualle

M. Avril, Vicaire à la Tessoualle eut le triste courage de prononcer le serment ; il resta à la Tessoualle jusqu’à la prise d’armes.

signature Avril vicaire de la Tessoualle

 

Expulsé alors de cette paroisse par les insurgés, il se retira à Trémont où dominaient les idées révolutionnaires. Plus tard, forcé encore de sortir de ce lieu par les fureurs de la guerre, il alla se réfugier au fond du Saumurois et plus loin encore à Orléans où il demeura jusqu’au Concordat de 1801.

Regrettant alors ses égarements, il vint se jeter aux pieds de M. Boineau, curé de Saint- Pierre de Cholet, pour en faire l’abjuration. Ce digne curé lui imposa une pénitence publique pour réparer son scandale public. Il l’obligea à l’exemple des prosternés de la primitive Église de stationner, pendant plusieurs dimanches consécutifs, en habits laïcs, et la grand’- messe durant, sous le vestibule de l’église.

Ce temps d’épreuve passé, il fut introduit dans le temple, mais il dut se tenir à la porte, sur le passage des fidèles. De là, de pose en pose, à travers la grande nef, il arriva jusqu’aux stalles du choeur. Après une station de plusieurs dimanches dans ce dernier lieu, il pénétra enfin dans le choeur revêtu de la soutane. Un autre dimanche, il prit le surplis ; et lorsqu’il eut subi pendant un an, avec la docilité la plus édifiante, toutes les humiliations qu’on lui imposa et dont le spectacle impressionna vivement les fidèles, il apparut un jour sous les ornements sacrés, fit en chaire son abjuration solennelle et fut conduit à l’autel par son pieux directeur pour y célébrer le saint sacrifice. — M. Boineau avait lu auparavant un rescrit des supérieurs ecclésiastiques qui le réintégrait dans toutes les fonctions sacerdotales.

 

SIGNATURE AVRIL desservant de Cléré

 

— Après cette pénitence si édifiante. M. Avril fut placé par Mgr Montault, évêque d’Angers, curé de Cléré, dans le canton de Vihiers, où il vécut toujours en prêtre régulier (jusque fin 1820). Il y mourut frappé d’une apoplexie foudroyante, le 20 avril 1822 (et non en 1825 comme indiqué dans le texte original).

 

Histoire de la Vendée - Abbé Félix Deniau - Tome premier

 

Acte de décès Avril François-René