C'était en 1870, au commencement des hostilités, nous étions chez ma grand'mère à Oiron ; là vivait une très vieille femme, originaire de Noirterre ; elle était fort taciturne, et on ne pouvait jamais lui faire raconter ses terribles et poignants souvenirs de 1793.

 

"Un soir, elle me souhaita le bonsoir la première, puis aussitôt continua : "O va aller ben mal, les affaires de la France !"

"Moi, qui venais d'apprendre à lire dans l'Histoire de France, je me rebiffais : Et pourquoi cela, la mère Chollet ?

- Parce que ce soir, à la tombée de la nuit, j'ai vu à l'orée du bois monsieur de Lescure qui galopait sur son cheval blanc. O va aller ben mal les affaires de la France !"

"Je courus conter la chose à ma mère en disant qu'il fallait que cette mère Chollet fût bien ignorante et bien superstitieuse pour croire que les morts revenaient. Aujourd'hui que les évènements ont justifié, et au-delà, les paroles de la mère Chollet, je n'oserai plus le dire ; je me contente de penser : qui sait ... qui sait si Dieu n'a pas permis au Saint du Poitou de sortir du tombeau pour prédire à une vieille Vendéenne les maux qui allaient accabler notre malheureuse patrie ! Dans tous les cas qu'ils étaient grands, qu'ils étaient surhumains ces hommes qui, tant d'années après leur mort, exerçaient encore un tel prestige sur ceux qui les avaient connus ! ...

Louise FONTAINE

La Vendée Historique

1906