ACTE D'ACCUSATION LANCE CONTRE LA REVOLUTION PAR UN JOURNAL REVOLUTIONNAIRE JUSTE-MILIEU.

Avons-nous de véritables hommes d'Etat en France ? Où voyons-nous de ces hommes qui, embrassant d'un oeil d'aigle l'ensemble de notre situation morale, politique et économique, aient sondé dans toute sa profondeur la plaie sociale, en aient étudié attentivement et consciencieusement l'origine et les causes diverses, trouvent un remède efficace et pratiquable tout à la fois, et qui possèdent le talent, la force, la persévérance nécessaires pour l'exposer, le faire prévaloir, le mettre à exécution et lui faire produire les résultats prévus et désirés ?

Quel homme qui ait coordonné (hors du cercle des utopies) un plan complet et sérieux d'améliorations sociales ? - La religion, la cité, la famille, l'empire, les relations internationales, l'agriculture, l'industrie, le commerce, la force militaire, les établissements coloniaux, les travaux publics, le système financier, ce vaste tunel au milieu duquel nous vivons, le plus souvent à l'aventure, quel est l'homme, encore un coup, qui en a étudié le mécanisme, qui a examiné la faiblesse de ses rouages, et trouvé de nouveaux ressorts propres à fonctionner avec fruit pour le pays et l'humanité ?

Nous ne manquerons pas, il est vrai, d'hommes qui se disent politiques ? Mais, de grâce, que font-ils ? Que nous préparent-ils ? Quel est leur plan ? Ce qu'ils font ? ...

Les débonnaires, préoccupés exclusivement de conserver ce qu'ils possèdent, se cramponnent à tous les ministères, craignant d'émettre une idée de progrès, cherchant à colloquer aux dépens du budget leurs parens et leurs chers électeurs besogneux ou ambitieux ; et pourvu qu'ils puissent vivre d'une vie tranquille et heureuse, ils sont contents, eet ne peuvent concevoir qu'il est par le monde des infortunés qui demandent place au banquet de la vie.

Les ambitieux n'ont qu'une chose en vue, chasser des ministères et des emplois éminents de l'administration ceux qui les occupent, afin de se mettre en leur lieu et place, s'emparer du pouvoir pour se créer une influence de clocher ou de département. A de rares exceptions près, proclamons cette triste vérité, ils n'ont pas d'autres vues.

(Le Mémorial bordelais du 24 mars.)

Tiré du livre : "Le Livre Terrible" de M. Martin du Theil (1842)